L'eau qui chante

Le hameau du Somail, un poème.

Écrit par Super User. Publié dans L'eau qui chante.

IMGP5788Quand renaît le printemps, le canal du midi, couloir de vie depuis quelques siècles, imprime sur les paysages un linéaire d'une rare beauté. Une péniche amarrée, l'église adossée sur le pont dédié à St Pierre, le port  et l'auberge, ouvrages désuets, demeurent insenslbles au temps. 

           Le hameau du Somail perpétue un poème dédié aux Languedociens et plus largement aux habitants de notre planète. Un homme fortuné, inspiré par un modeste champ de fleurs sauvages apportant une note colorée dans une campagne rustique, imagine un hameau, avec un port. Le Somail, éclot sur l’œuvre de sa vie comme un bouquet de coquelicots dont les pétales sont cette farandole d’ouvrages d’art, qui parle aux contemporains, montrant dans cette succession de pierres patinées par le soleil, la pluie et le vent des tableaux vivants qui chaque jour qui passe rend plus féérique ce chef d’œuvre architectural mais aussi qui se double dans le sens que c’est une enclave paisible et arborée, débordante de sérénité dans un monde en ébullition qui se déchire à coup d’armes conventionnelles, plus sournoisement chimiques, vendues sous le manteau par les « élites » des pays dits « riches » ! A chacun ses rêves mais personnellement je préfère la grandeur de Monsieur Riquet offrant avec ses propres deniers un monument à l’humanité à ceux qui laisseront que des ruines et des larmes !

Mettez vos souliers de marche ou enfourchez votre bicyclette, parcourez, en amont ou en aval, les berges du canal sur le chemin de halage ; sous la voûte végétale des platanes séculaires, y a tant de choses à voir entre Toulouse et l’étang de Thau...

Nombreux sont les artistes-peintres qui installent leurs chevalets afin d’immortaliser ce décor désuet, je cueille ce bouquet avec mes yeux !