L'eau qui gronde

Eradiquer le moustique.

Écrit par Super User. Publié dans L'eau qui gronde.

Privons-le d’eau. Lorsque les beaux jours reviennent en Languedoc-Roussillon, le moustique fait parler de lui. Il n’y a pas un moustique mais 3 500 espèces différentes, piqueurs ou pas (ce sont les femelles qui piquent) et sur le littoral méditerranéen il en existe 49 dont 15 piquent. A ce virulent insecte traditionnel issu des zones humides littorales c’est ajouté le «moustique-tigre urbain» redoutable insecte qui dans les Pyrénées Orientales a colonisé 47 communes.

La lutte contre le moustique. Le moustique-tigre, espèce « invasive », présente dans notre région depuis quelques années seulement possède une force de nuisance très élevée. Petit, agaçant, têtu et très vorace, il s’acharne sur les humains. L’éradication du moustique tigre se poursuit, même après la saison chaude car la douceur des températures entraînent la prolifération de cet insecte. La lutte doit se poursuivre durant l’hiver afin de limiter les nuisances dès le retour des journées estivales. L’opérateur public de l’Entente interdépartementale pour la démoustication du littoral méditerranéen (EID) applique un traitement bio-insecticide contre les larves dans les gîtes publics infestés, comme les avaloirs pluviaux, les vides sanitaires ou les bassins.

Consignes à suivre. Il faut supprimer les eaux stagnantes où prolifèrent les larves de moustiques. Par exemple, en vidant une fois par semaine les vases, seaux, bassins, soucoupes sous les pots de fleurs et en remplaçant l’eau des soucoupes par du sable humide. Il est aussi conseillé de couvrir de toile moustiquaire les réserves d’eau, d’entretenir les piscines en les bâchant ou en les vidant, de vider puis retourner ou rentrer les matériels de jardin, les jouets et autres réceptacles potentiel d’eau.

Conclusion. Il faut être sec avec les moustiques, c'est-à-dire n’avoir aucune eau stagnante même après les pluies, quand on sait que 80% de gîtes de reproduction fabriquée par l’homme se trouvent au sein des domiciles privés ou collectifs. Quelques communes font l’expérimentation d’une technique d’auto-dissémination qui pourrait réduire de 50% la présence du moustique-tigre. La guerre avec cet insecte importun et détestable au possible sera impitoyable.