Nos Pyrénées

Plaisirs aquatiques en Pyrénées.

Écrit par Super User. Publié dans Nos Pyrénées.

Ce long article consacré aux bienfaits de l'eau sur les Pyrénées catalanes est scindé en deux partiesLa 2ème partie sera diffuséeau début du mois prochain.

Hiver, automne, printemps ou été, la nature enlace de toutes parts Fontpédrouse et le hameau de St Thomas, particulièrement les abords des bassins et de l'amphithéâtre qui s'habillent  de couleurs saisonnières sous un ciel d'azur

 Les Pyrénées catalanes et audoises sont une immense réserve d’eau aux qualités diverses et complémentaires : toujours douces et limpides, elles sont naturellement vives, chaudes, fraîches, minéralisées, indomptables, furieuses, dormantes...Des lacs glaciaires plus ou moins grands créés naturellement par la nature ou des retenues d’eau aux surfaces imposantes construites par les hommes pour diverses raisons se transforment en véritables mers intérieures en saison estivale, permettant toutes les activités aquatiques. 

Le col de Ternère marque l’entrée en Conflent. A partir de cette modeste dépression, la route s’élève graduellement vers les hauts sommets des Pyrénées dont le trajet sinueux est jalonné de réservoirs d’eau qui font sa richesse et sa beauté. Et aussitôt, à droite la vaste retenue de Vinça, réservoir contenant plus de 24 millions de m3 réservés surtout à l’irrigation, à gauche, côté village, la plage des Escoumes a transformé l'avenir de Vinça. 

Le lac des "Escoumes" à Vinça est la plage du Conflent. Un poste de secours, l'analyse régulière de l'eau, des engins nautiques en location et des animations font de cet espace aquatique un pôle touristique incontournable de la vallée de la Têt. A l'arrière-plan, l'imposante silhouette du Massif du Canigou. 

A quelques kilomètres de distance, découvrez à Marquixanes sur les berges de la Têt, la base d’eaux vives pleine nature dissimulée sous une épaisse et luxuriante frondaison. Après le village médiéval de Eus accroché sur la colline, l’étroite vallée de la Castellane se faufile jusqu’à 450 m d’altitude pour accueillir la réputée station thermale de Molitg les Bains dans une véritable oasis de verdure ! Pau Casals, le virtuose musicien catalan, fidèle curiste, appréciait les vertus des eaux de Molitg. A Villefranche de Conflent, superbe bastion militaire d’un autre temps, le Cadi gros torrent de montagne vous guide jusqu’à Vernet les Bains niché au pied du Canigou. Au cœur du Parc Naturel Régional des Pyrénées catalanes, accordez-vous une pose "Bien-être" : les eaux de la « Perle des Pyrénées » transformeront votre esprit et votre corps, l’air pur du Canigou fera le reste ! A regret je laisse Villefranche derrière moi, ce sera l’occasion d’organiser plus tard une escapade exclusive consacrée à la merveilleuse citadelle bâtie par Vauban.

La route devient plus sinueuse, la montée plus raide. Les imposants bâtiments thermaux de Thués entre-Valls longent la Têt, l’entrée des gorges de la Carança invitent à une randonnée en suivant le torrent qui a donné son nom aux gorges et au lac. Sur un sentier vertigineux creusé dans la roche, truffé d'obstacles afin de rejoindre le refuge au bord du lac est une véritable prouesse sportive car ce site rustique n'est accessible qu'à pied pour une durée d'environ 4 heures par des randonneurs chevronnés et des pêcheurs aguerris motivés par la prise de belles truites et saumons des fontaines. Débouler au lac de la Carança est une récompense, un somptueux décor pour une découverte et une contemplation d'une nature harmonieuse, toujours mystérieuse dont le silence assourdissant n'est troublé par le vol d'un aigle royal ou au lever du jour,  par le bruissement discret d'un va et vient autour de l'étang où les animaux, petits et grands, chacun à son tour, s'abreuvent. Ce site au coeur du Parc Naturel Régional des Pyrénées catalanes, préservé par la difficulté d'y accéder, se mérite ! 

Un itinéraire parsemé d'embûches attend ce randonneur qui pose à l'entrée des redoutables gorges de la Carança : sentier étroit creusé dans la roche, corniches vertigineuses, ponts de singe instables, passerelles métalliques rouillées, traversées risquées du torrent, portage du matériel indispensable pour un long bivouac . Photo de 1920 environ. 

Le sillon de la Têt s’approfondit et se resserre entre deux parois tapissées de verts pâturages ou de forêts de pins à crochet, où l’on croise des ouvrages d'art spectaculaires comme le pont Séjourné, suspendu dans le vide depuis plus de 100 ans. Mais voilà déjà Fontpédrouse et le hameau St Thomas, perchés à 1150 m d’altitude. Les « Bains de St Thomas » réputés pour la qualité de ses sources d’eau chaudes (58° C), sulfurées, bicarbonées, riches en fluor et oligo-éléments. Des sources thermales exceptionnelles qui possèdent des vertus antalgiques, décontractantes, cicatrisantes que son plancton thermal rend légère et douce pour la peau s’expriment dans un amphithéâtre romain élevé à ciel ouvert : un temple dédié à l’eau  !

..