Nos Pyrénées

Font-Romeu, paradis des Pyrénées.

Écrit par Super User. Publié dans Nos Pyrénées.

        Initialement l’endroit où s’est construite la station de Font-Romeu était sur le territoire du village d’Odeillo. Dans cette contrée, seul l’ermitage Notre-Dame occupait le lieu depuis le XVIIIème siècle au milieu de forêts, de vertes prairies, de champs de pommes de terre et de quelques vétustes étables en bois pour abriter les bovins. A Odeillo, petit bourg pastoral aux maisons paysannes coiffées d’ardoise, blotties autour de l’église, la vie est difficile, comme dans tous les villages de Cerdagne, au diapason de son rude climat. Mais cet espace dominé par le pic du Carlit, son ensoleillement, la pureté de son atmosphère, une vue plongeante sur le plateau de Cerdagne tout en bas et le massif frontalier piqueté de sommets, de cols, blanchis ou verdoyants selon la saison, propose un décor extraordinaire. Ce coin de montagne lumineux est de toute évidence prometteur pour élever une coquette petite ville. Vers 1900, la vocation touristique du site débute. Une fontaine dans la cour de l’ermitage est certainement à l’origine du lieu qui deviendra le nom de la future station : Font-Romeu, la fontaine du pèlerin.

La ligne du Train Jaune est construite pour désenclaver la Cerdagne. Le « canari », surnom du Train Jaune aux couleurs sang et or arrive en gare d’Odeillo-Font-Romeu-Via en juillet1911. En 1913, la Compagnie des chemins de fer du Midi inaugure au-dessus du village le Grand-Hôtel dénommé le « paquebot des cimes » autant pour sa masse, son architecture que pour son luxe. A ses pieds émergent de terre les premiers chalets disséminés dans la forêt de la Calme exposée sur la « soulana ».

Bien avant tout le monde Font-Romeu comprend que le plaisir de glisser sur deux planches ou sur une luge au grand air dans un cadre montagnard fabuleux va devenir un loisir grand public et… lucratif. En 1921, Font-Romeu inaugure ses premières pistes. Le prestigieux Grand Hôtel captive une clientèle internationale aisée. Un train qui ressemble à un jouet déverse en gare d’Odeillo, petit village à deux pas du centre de Font-Romeu, une cohorte de joyeux lurons bruyants et de passagers chargés de skis, de luges, de patins, excités à l’idée de passer une belle journée à la neige et de fous rires sans fin dans la blanche « poudreuse ». L’entre-deux guerres, la station bénéficie d’un incroyable engouement de la part du public impatient d’oublier les années noires, avide d’air pur et de sensations fortes ! Seulement, à cette époque, la descente à ses contraintes… Sous la pression des plus passionnés amateurs de ski, il faudra attendre 1937 pour voir la première remontée mécanique ébranler ses grosses poulies et câbles pour rendre la pratique de ce nouveau loisir sportif plus attrayant. Deux ans de plaisir avant d’observer une longue parenthèse lors de la Seconde guerre mondiale. L’après-guerre voit déferler des skieurs tout schuss venus du Languedoc, de la région toulousaine et les familles les plus aisées de la Catalogne du Sud. Progressivement, la station préférée des catalans acquiert une aura qui la classe parmi les plus huppées de la chaîne des Pyrénées confirmant son immense potentiel. Elle mijote des rêves de grandeur ! Les chalets poussent comme des champignons, s’installent sanatorium et maisons de santé, le four solaire voit le jour en 1962, le complexe olympique d’entrainement en altitude construit en 1967 est prêt pour les Jeux Olympiques de 1968 à Mexico. Depuis le centre accueille les grands sportifs de diverses disciplines lesquels disposent de tous les moyens et conditions optimales d’entrainement. Font-Romeu en 1974 implante sa toute première télécabine qui en compte 62 aujourd’hui. Pyrénées 2000, la station de ski qui décline ses pistes sur l’autre versant mais implantée sur le territoire de Bolquère reçoit une sollicitation de mariage de Font-Romeu pour parfaire une offre plus compléte. En 1987 le contrat devient effectif, Font-Romeu compte 75 % de pistes, Pyrénées 2000 chiffre 25%. Associés, le duo englobe 23 remontées mécaniques desservant 43 pistes auquel il faut ajouter le plus grand parc d’enneigement artificiel de l’hexagone (proportion au nombre de pistes), elles deviennent un domaine skiable parmi les plus importants des Pyrénées.

Dès lors, Font-Romeu et Pyrénées 2000 caressent les rêves les plus fous ! 

Sur un flanc de montagne ensoleillée lui donnant le goût de l'action, Font-Romeu est forcément pionnier : innovant, ambitieux, sportif, jeune. La construction de la ligne de chemin de fer et le "Train jaune" désenclavent la Cerdagne et dans la foulée le luxueux Grand Hôtel est inauguré en 1913. Après la "Grande Guerre", Font-Romeu devient une station de sports d'hiver huppée qui accueille des familles aisées. Le "Grand Hôtel" et sa patinoire en sont le symbole. Photo d'une affiche publicitaire de 1928.