Tribune Font del gat

Victimes de la pollution.

Écrit par Super User. Publié dans Tribune Font del gat.

              Les rejets de CO2 (gaz carbonique) dus aux activités humaines, notamment l’utilisation outrancière de pétrole et de charbon, augmentent mine de rien la température de la planète. C’est l’incontournable réchauffement climatique, qui menace la banquise, fait fondre les glaciers et élève graduellement le niveau des océans. Si le thermomètre continue à grimper, les mers finiront, elles aussi par se réchauffer. Les coraux seront les premiers touchés. Une augmentation de seulement 3° C suffirait à les faire mourir en masse. Les coquillages sont moins sensibles mais n’en sortiront pas indemnes pour autant. Car la moitié du CO2 rejeté dans l’atmosphère est absorbée par l’océan dont elle perturbe l’équilibre.

Les mollusques ont plus de mal à mobiliser les carbonates de calcium qui constituent leur coquille. Si le taux de CO2 de l’eau s’élevait encore, la vitesse de formation des coquilles serait ralentie de 25% chez la moule et de 10% chez l’huître. Il n’est pas encore certain que ces animaux aquatiques s’adaptent aux nouvelles conditions climatiques. 

L'accumulation de CO2 dans l'atmosphère est un important élément, parmi d'autres, responsable du changement climatique. L'air forcément irrespirable, l'eau potable rare, les terres agricoles polluées, la désertification qui progresse sont, à l'échelle mondiale, des phénomènes intensément liés. Les prévisions alarmistes dénoncées depuis longtemps par les scientifiques s'avèrent exactes. Il est temps de prendre des mesures adéquates pour préserver ce qui l'est encore ! Photo de 1980.