Nos Pyrénées

Réserves Naturelles Catalanes.

Écrit par Super User. Publié dans Nos Pyrénées.

01 octobre 2016.    Le Mas Larrieu, la forêt de la Massane,  Py, Mantet, Prats de Mollo, Nohèdes, Conat, Jujols et la vallée d’Eyne : 9 réserves naturelles placées sous la gestion de la Fédération des réserves naturelles catalanes (FRNC) sont des territoires intouchables.

Tous ces grands espaces hébergent une flore riche et diversifiée où l’on recense 2 500 plantes et une faune comprenant des espèces emblématiques, ultra-protégées. Le desman des Pyrénées, mammifère aquatique aux pattes palmées et au long appendice nasal en forme de trompe, discret et timide qui ne se déplace que la nuit. Ce rat-trompette est hélas en régression à cause de la pollution des cours d’eau de montagne. Il ne resterait qu’une petite centaine  de spécimens. Un plan quinquennal a été mis en place de 2009 à 2014. Espérons que les résultats soient positifs. Un autre animal en danger potentiel est le grand tétras vivant également près des torrents et rivières. Actuellement les spécialistes ont recensé entre 400 et 480 individus peuplant le territoire catalan. Le dernier rapport  laisse apparaître une nette baisse des taux de sa reproduction, de l’ordre de 0,8%. Quand au gypaète barbu, rapace totalement inoffensif qui se nourrit d’os et niche en haute montagne de préférence dans les falaises et les parois rocheuses entre 700 et 2 300 m d’altitude, il assure une fonction sanitaire dans la nature puisque friand des carcasses d’animaux contribuant ainsi à leur élimination. Cinq couples ont été repérés dans les Pyrénées Orientales par les techniciens chargés de leur nourrissage et se répartissent cette tâche entre Nohèdes, Jujols et Prats de Mollo. Enfin le loup, considéré comme grand prédateur a marqué dans nos montagnes divers itinéraires. Le prélèvement de crottes et de poils envoyés à un laboratoire spécialisé a permis de confirmer la présence de trois individus évoluant entre les massifs du Carlit, du Puigmal, sur le territoire de Prats de Mollo et la forêt de Boucheville. Tous ces animaux, petits et grands ont besoin de cours d'eau non pollués. La nécéssité de ce travail de fond est évidente; espérons qu'il portera ces fruits dans les prochaines décennies afin de garder pour les futures générations ce patrimoine naturel exceptionnel