L'eau qui chante

Oasis sahariennes : une création humaine.

Écrit par Super User. Publié dans L'eau qui chante.

       Au milieu d’immenses étendues désertiques, les oasis apparaissent comme des îlots de verdure. Elles se situent toujours à l’emplacement de nappes d’eau souterraines peu profondes. Pour irriguer les cultures les paysans sédentaires utilisent des puits ou des galeries souterraines appelées foggaras. Ils acheminent l’eau au pied des plantes par de petits réseaux en terre. La palmeraie symbolise la richesse de l’oasis. A l’ombre des palmiers dattiers, on trouve 2 niveaux de culture, les arbres fruitiers puis les céréales et les légumes. Bien que les espaces irrigables soient cultivés les rendements restent faibles car les sols sont pauvres.

Au cœur des jardins du désert, rien n’est laissé au hasard. Palmiers, plantes potagère, arbres fruitiers, chaque plante a sa place pour se développer. Îlot de végétation au milieu du désert, les oasis concentrent une partie des richesses de ces territoires. Nées de l’imagination de l’Homme, leur développement est lié à de véritables prouesses d’ingéniosité. 

  Au milieu d'un désert aride, une oasis est un lieu de vie grâce à la présence de l'eau. Les hommes utilisent avec parcimonie cette ressource naturelle afin de cultiver durablement la palmeraie et divers légumes pour se nourrir.  Carte postale de 1961. 

 

L'eau limpide apporte bien-être, prospérité et santé,

 un devoir de respecter cette richesse naturelle précieuse !