L'eau qui gronde

Révoqués.

Écrit par Super User. Publié dans L'eau qui gronde.

          Pays d’Afrique australe, le Zimbabwe est devenu indépendant en 1965. Jeune démocratie que certains politiciens oublient facilement.  Deux employés du service de l’eau de la ville d’Harare, métropole de 2,8 millions d’habitants, ont fait l’objet d’une convocation pour comparaître devant une commission disciplinaire pour avoir « coupé » le robinet d’eau potable à un ministre du gouvernement. Les releveurs de compteur mandatés par les services communaux de la ville ont déconnecté du réseau la résidence de cette personnalité pour défaut de paiement d’une facture d’eau potable avoisinant 3 millions ZWD (412 euros). Ces imprudents employés auraient dû savoir que Chombon, c’est le nom d'un ministre. Pas n’importe lequel, de ministre, celui des Travaux publics et de l’Habitat qui loge avec sa nombreuse famille dans un quartier huppé de la capitale !

Devant la commission  de discipline les employés affirment qu’ils ignoraient à qui appartenait le compteur de l’usager. Le travail c’est sérieux, on ne babine pas avec les « étourderies ». La sanction tombe : licenciés ! Ils ont appris à leurs dépend ce que signifie outrage à VIP ou Very Important Person ! Le Zimbabwe étant une ancienne colonie anglaise, la traduction en français : très haute personnalité !

Cette VIP, ce monsieur Chombo a déjà fait parler de lui dans le pays en suspendant le maire de Harare et de la plupart de ses conseillers parce qu’ils fournissaient, à son avis, des services insuffisants aux résidents de la capitale. Il nomme aussitôt des commissaires pour gérer la ville. Malgré l’évidente bonne volonté des commissaires, la qualité des services se détériorent davantage.

Chut, faut pas le dire, y a risque d’emprisonnement à vie !