Charles Rennie Mackintosh

Écrit par Super User. Publié dans Tradition - Culture.

La rade de Port-Vendres réalisé par Charles Rennie Mackintosh. 

Lieu : l'oeuvre représente la rade de Port-Vendres en Pays catalan. 

L'histoire : l'artiste effectuait de nombreux séjours à Port-Vendres en compagnie de sa femme, également artiste-peintre. Il y a passé deux hivers, en 1925 et 1926. II réalisa beaucoup de toiles du petit port catalan et de la Côte Vermeille. Il était le principal représentant de l'Art nouveau en Ecosse. 

L'artiste : né le 7 juin 1868 à Glasgow (Royaume-Uni), décédé le 10 décembre 1928 à Londres. Son dernier souhait fut que ses cendres soient dispersées dans les eaux de Port-Vendres. 

 

 

Dona marinera à Lloret de Mar.

Écrit par Super User. Publié dans Tradition - Culture.

  

Dona marinera                  Femme de marin.

La femme de marin salue la barque des pêcheurs dans laquelle se trouve, peut-être, son père, son frère, son mari ou son fils.

Lieu : l'oeuvre est érigée au bout de la grande plage de Lloret de Mar (Costa Brava) en allant vers le château Sant Joan.

L’histoire : réalisée par le sculpteur catalan Ernest Maragall et inaugurée en 1966, le monument en bronze est dédié à la femme de marin du village de Lloret de Mar où jadis presque tout le monde vivait de la pêche artisanale. C'était le temps de la barque "catalane" à voile latine. La légende raconte que celui qui touche le pied de l’œuvre en regardant l’horizon verra se réaliser ses rêves.

L’artisteErnest Maragall est né à Barcelona, le 3 novembre 1903, décédé en 1991 à Caracas d’où était originaire sa femme. Il n’a jamais perdu sa relation avec sa ville et sa région natale, de nombreuses sculptures sont présentes sur toute la Catalunyà. Son père était le poète Joan Maragall. 

Hymne au Roussillon d'Albert Bausil

Écrit par Super User. Publié dans Tradition - Culture.

Hymne au Roussillon

Mon pays, c’est la mer, les vignes, la montagne,

Les cyprès bleus où les moineaux vont se blottir, 

Les pommiers du Conflent, les blés de Cerdagne,

Les cerisiers du Vallespir.

Mon pays c’est ça, se sont ces trésors,

Ces sommets  neigeux, ces plages vermeilles,

C’est ce Roussillon des fruits et des treilles

Jeté sur la mer comme un bouquet d’or. 

Albert Bausil né à Castres le 16 décembre 1881, d’un père audois et d’une mère catalane. Tour à tour poète, comédien, journaliste, il s’est imposé entre les deux guerres de 1918 et de 1940 comme une personnalité marquante du Roussillon dont il a été le principal animateur de la vie culturelle. En 1906, il publie l’un de ses plus beaux poèmes : l’Hymne au Roussillon.

Malade, il décède le 02 mars 1943 à Perpignan.

La fille du soleil et de la mer.

Écrit par Super User. Publié dans Tradition - Culture.

En catalan : La noia del sol i de la mar.

Lieu d'exposition permanent : avenue de la Méditerranée Canet en Roussillon. (à la plage)

Artiste sculpteur : l'oeuvre de François Vanczak fut créé en 1973 pour la commune de Canet.

Histoire : demeurant à Cabestany en Roussillon, il s'installe dans ce village proche de Perpignan. Il travaille dans de nombreux villages du département des Pyrénées Orientales dont Thèza, Millas, Canet en Roussillon (village). Brillant artiste d 'origine hongroise né à Budapest (Hongrie) en 1908 il est naturalisé français, il décéde à Perpignan en 1988.

Collioure, la cité « fauve »

Écrit par Super User. Publié dans Tradition - Culture.

Jeune peintre de 26 ans, Henri Matisse accompagné de sa femme débarque un beau matin de mai 1905 à Collioure qu’il ne connait qu’à travers les œuvres de son ami Paul Signac. Quelques jours plus tard, Aristide Maillol, l’enfant du pays, qui a connu Matisse à Paris, l’emmène chez son camarade Daniel de Montfreid demeurant Corneilla de Conflent, charmant petit bourg au pied du massif du Canigou. Riche propriétaire d’un vaste domaine au bord du tumultueux torrent, le Cady, artiste-peintre à ses moments perdus par passion de l’art, il est aussi un ami intime et grand admirateur de Paul Gauguin.

Les mauvaises langues racontent que cette rencontre chez Daniel de Monfreid, réputé bon vivant, fut arrosée plus que de raison et dans l’impossibilité de revenir sur Collioure, il fut sagement décidé de passer la nuit en Conflent. Demain, il fera jour, pensent-ils avec raison ! Au matin, lendemain de bonne chère où tous les sens sont embrumés, une étincelle illumine le cœur d’Henri Matisse qui découvre l’œuvre tahitienne de Gauguin dont la plupart des toiles sont entreposées ici, pêle-mêle, dans un débarras. Une palette de couleurs qui suffoquent instantanément Matisse ! Il est, parfois, des hasards qui changent une vie.

Revenu dans la lumière de Collioure, Matisse, aussitôt, s’inspire de la technique de Gauguin pour croquer le portrait de sa femme coiffée du chapeau fleuri, la fameuse « Femme au chapeau ». Cette « huile sur toile » de 84 cm sur 59 sera à l’origine du « Fauvisme ».

Subjugué par la lumière intense, par les tons vifs et décalés, par la beauté du petit port méditerranéen adossé aux contreforts des Pyrénées, ne peuvent que l’aider à trouver un langage pictural très personnalisé. Matisse invite son ami Derain à le rejoindre et, pendant tout l’été 1905, les deux complices exhortés par les couleurs de Collioure, comme la tramontane emporte irrésistiblement les barques catalanes vers le large de la Méditerranée, inépuisables sources d’inspiration, travaillent férocement !

En octobre 1905, s’ouvre le Salon d’Automne à Paris ; les tableaux de Matisse, Derain, Rouault intriguent le public mais le tableau « Femme au chapeau » déclenche une furieuse frénésie, les critiques hurlent leur déception : « On a jeté un pot de couleur à la face du public ! » peut-on lire dans le quotidien Le Matin. Matisse fait scandale car l’œuvre représente Amélie Parayre, l’épouse de l’artiste, cheveux rouge brique, visage vert et chapeau multicolore, autant de couleur que le public n’avait pas l’habitude de voir tout au début du XXème siècle. Le trouble fut violent et émotionnel, au point que l’épouse et modèle n’ose pas visiter l’exposition.

Malgré tout, le cœur « fauve », des artistes de renoms emboîtent le pas : Georges Braque, Maurice De Vlaminck, Raoul Dufy, Pablo Picasso, Henri Rousseau, Jean Marquet Juan Gris et tant d’autres.

Vers 1910, le phénomène « fauve » s’estompe, cependant Collioure, la cité des peintres, incarnera pour l’éternité le Fauvisme. Le tableau, « Femme au chapeau » loge aujourd’hui au Musée d’Art Moderne de San Francisco aux USA, admiré par des visiteurs qui découvrent que la toile fut conçue en 1905 à Collioure petit port hors du temps au bord de la Méditerranée en Pays catalan. Merci Monsieur Matisse ! 

Plus d'articles...