Un jour la corde casse.

Écrit par Super User. Publié dans Inf' eaux usagers.

C’est difficile à croire, pourtant pour une fois le contrat du siècle est en faveur des 75 000 habitants et forcément usagers de l’eau potable de la ville d’Antibes-Juan les Pins. Un vrai miracle !

En 2012 le prix du mètre cube (1 000 l) d’eau potable était à 3,47 euros TTC et chute à 1,50 euro en 2013 ! Un rabais qui bat tous les records. Personne n’aurait jamais cru que fut possible une telle offrande d’une des 3 puissantes multinationales françaises. En l’occurrence Véolia dont le contrat avec la ville d’Antibes est vieux de 132 ans. Un contrat avec une délégation privée parmi les plus longs et plus anciens de France.

Un élu responsable de l’eau explique : les négociations ont été homériques, on a mis tout à plat. On a fait un audit complet des réseaux, lancé un appel d’offre et, en parallèle, on a étudié le montage d’une régie. La Lyonnaise et Véolia ont présenté, en toute indépendance, une offre face à notre projet. On savait de notre côté que l’on pouvait baisser le tarif de l’eau de 37 % et la concurrence a joué à fond.

Ce n’est pas un contrat bâclé, bien au contraire. Les investissements augmentent, on est à 80 % de rendement, on sera 92 % en fin de contrat. L’indice linéaire de perte va diminuer et le taux de renouvellement des réseaux est porté à 1,12. La marge du délégataire était énorme, elle tombe à 2,86 %. J’ajoute que ce prix de 1,50 euro vaut pour une consommation de 120 m3, au-delà de cette base elle augmente, puis on passe à 2,23 euros pour 300 m3 et 2,40 euros pour 500 m3.

Il arrive un jour qu’à force de tirer des centaines de millions d’euros avec l’eau du puits la corde casse !