Les bons réflexes au quotidien

Écrit par Super User. Publié dans Action éco-citoyenne.

Les 7 éco-gestes pour ne plus gaspiller l’or bleu.

  1. Équiper ses robinets de réducteurs de débit. Mitigeur, aérateur, économiseur ou mousseur, ces dispositifs se placent facilement à la sortie des robinets diminuent le débit de l’eau car ils coulent en dispersant le flux.
  2. Changer les joints des robinets défectueux. Une goutte à goutte qui fuit peut représenter 35000 litres par an.
  3. Récupérer l’eau. Un grand cubitainer ou les bassines permettent de récupérer l’eau de pluie. L’eau non contaminée par les lessives de vaisselle peut servir à arroser le jardin et les plantes.
  4. Faire des économies sur la chasse d’eau. Si on n’est pas équipé d’un système à double débit, on peut placer une brique dans le réservoir de la chasse d’eau pour réduire le débit.
  5. Privilégier la douche au bain. Cela fait économiser environ 100 litres à chaque fois. Davantage si on utilise une douchette munie d’une poignée (pommeau à douche) qui coupe le flux quand on appuie dessus pour savonner.
  6. Ne pas laisser couler l’eau inutilement. On se sert des bacs de l’évier pour laver les légumes, pour rincer la vaisselle. De même, en se lavant, en se débarbouillant ou en se rasant penser à fermer le robinet.
  7. Ne pas faire tourner une machine si elle n’est pas pleine ou alors utiliser la fonction économique. Cela dit un lavage au lave-vaisselle est 5 fois plus économique qu’une vaisselle à la main.

Pensez-y !

Écrit par Super User. Publié dans Action éco-citoyenne.

      Protéger l'eau n'est pas réservé aux techniciens et aux spécialistes mais à chacun d'entre nous. Sur son lieu de travail ou dans son foyer, en ville ou à la campagne, en vacances à la mer ou à la montagne, chacun doit être conscient de sa responsabilité et de son devoir de solidarité. Il y va de l'avenir des générations futures. Par quelques petits gestes vous pouvez contribuer à la bonne santé de l'eau. Un seul geste banal suffit à économiser que quelques gouttes d'eau mais des millions de reflexes identiques permettent de protéger et d'éviter le gaspillage. Les petits ruisseaux font les grades rivières. Pensez-y !

Péril sur les eaux souterraines

Écrit par Super User. Publié dans Action éco-citoyenne.

Malgré que les eaux souterraines se trouvent confinées sous une couche de terre plus ou moins épaisse, elles peuvent subir des perturbations aussi bien sur le plan qualitatif que quantitatif.
Par exemple souillées par l'infiltration de produits agricoles comme les produits fertilisants ou phytosanitaires, de résidus provenant de décharges, d'eaux usées ou de déchets.
Quand au débit des eaux souterraines, elles peuvent subir des variations, des déviations ou encore l'asséchement total. Les causes sont nombreuses : colmatage des sols consécutifs à la densification de l'habitat, les réseaux routiers, la construction de tunnels, des travaux de génie civil pénétrant dans la nappe phréatique, sur-pompage, drainages, carrières, extraction de matériaux dans les cours d'eau, pieux forés et forages, etc.
C'est toujours les activités des hommes qui occasionnent ces dérèglements néfastes pour la faune, la flore et globalement préjudiciables à l'environnement !

 

La première cause de mortabilité dans le monde,

c'est l'eau non potable !

Chacun doit être acteur

Écrit par Super User. Publié dans Action éco-citoyenne.

   Afin de prévenir les problèmes de manque d'eau à un horizon plus ou moins lointain, il est nécessaire que chacun soit acteur de sa consommation et optimise son utilisation de l'eau. Les économies d'eau peuvent se faire à toutes les échelles : en tant qu'établissement public ou collectivité territoriale, industriel, agricole ou tout simplement particulier.

Déchets d’uranium

Écrit par Super User. Publié dans Action éco-citoyenne.

Déchets d’uranium. En un peu plus de 50 ans, la France a extrait environ 76 000 tonnes d’uranium. Ces activités minières ont généré, par la quantité phénoménale de résidus, un véritable problème de pollution environnementale car la production d’uranium est à l’origine d’environ 166 millions de tonnes de résidus miniers qu’il faut bien « caser » quelque part. Il est d’usage de réhabiliter les anciennes carrières à ciel ouvert en les transformant en plan d’eau, les utiliser en remblais ou les immerger dans les anciennes mines.

Aujourd’hui, les mines sont fermées mais les eaux ruissellent toujours.

Plus d'articles...